• Shokuzai - Celles qui voulaient oublier (partie 2)

    ShokuzaiUne fillette, la petite Emili, nouvellement arrivée dans une école se lie d'amitié avec quatre autres.

    Un jour, alors qu'elles jouent ensemble dans la cour d'école, Emili suit un homme pour l'aider dans son travail. Il l'assassine dans le gymnase tandis que ses amies l'attendent.

    Sous le choc, elles sont toutes incappables de se souvenir du visage de l'assassin. La mère d'Emili les condamne alors à la pénitence (=shokuzai).

    Quinze ans plus tard, elles restent profondemment marquées, chacune à leur manière par cet épisode de leur enfance.

    Source résumé : wikipédia.
    Source images : allociné


    - Titre original : Shokuzai (贖罪)
    - Sous-titre français, partie 1: Celles qui voulaient se souvenir
    - Réalisateur : Kurosawa Kiyoshi
    - Scénariste : Kurosawa Kiyoshi
    - Adaptation : Roman de Minato Kanae
    - Genre : Drame
    - Pays : Japon
    - Année : 2013 (France ciné)
    - Durée : 148 min (partie 2)
    - Musique : Hayashi Yusuke


    Casting :

    - Koizumi Kyôko : Adachi Asako
    - Kimura Hazuki : Emili
    - Sakura Ando : Akiko
    - Ikewaki Chizuru : Yuka
    - Ito Ayumi : La soeur de Yuka


    Mon avis :

    La première partie de Shokuzai, la version ciné de la série Tv de Kurosawa Kiyoshi, m'avait laissé une forte impression, et j'étais donc impatiente de voir la suite pour découvrir ce qu'étaient devenues les deux autres petites filles 15 ans plus tard et aussi découvrir enfin l'identité du meutrier d'Emili. J'avais été impressionnée par ces deux premiers portraits de femmes, par l'ambiance froide et la noirceur de l'histoire mais aussi à quel point chaque personnage était si bien développé et travaillé.

    Dans cette deuxième et dernière partie, le récit est composé de trois chapitres dont deux centrés sur les deux autres jeunes femmes (Akiko et Maki) puis le dernier centré sur Asako, la mère d'Emili, dans un chapitre sous forme d'épilogue qui enfin se concentre également sur la recherche du meurtrier qui avait été laissé de côté totalement dans la première partie. La structure des cinq épisodes de la séries tv a donc bien été conservée.

    J'ai préféré la première partie pour son ambiance si froide et tendue, le rythme était vraiment particulier et la tension montait progressivement. Dans la seconde partie, c'est un peu différent ; la troisième histoire (Akiko) est dans le même ton que les deux premières mais le changement intervient surtout au niveau du quatrième portrait, celui de Yuka car elle est réagit totalement différemment à la mort d'Emili et à la promesse faite à Asako 15 ans auparavant. On évoque toujours bien un rapport particulier avec les hommes mais elles ne les fuient pas, c'est tout le contraire. D'ailleurs, la couleur utilisée ici ne se situe plus dans des tons froids comme le beige dominant du premier épisode par exemple ou encore les grands espaces vides sans vie mais des couleurs plutôt vives enfin normales... (la boutique de fleurs). La situation dans ce dernier portrait est moins triste car il y a un certain humour qui s'en dégage (spécial malgré tout) et la musique utilisée totalement différentes des portraits précédents l'accompagne parfaitement bien. Puis ce qui démarque cette jeune femme des premières c'est le fait qu'elle plus à détester qu'à plaindre vu son attitude.

    Shokuzai

    Cela dit, c'est intéressant de voir un portrait totalement différent car j'ai remarqué que dans le troisième chapitre, on devine déjà ce qui va arriver, l'issue de cette nouvelle histoire car cela se répète une fois de plus donc l'effet de surprise est moins présent mais la tension elle, est toujours bien là heureusement.

    Le final, "Redemption", qui se concentre enfin sur le personnage central de l'histoire, Asako la mère d'Emili, ne suit plus du tout le même schéma que les autres mais par contre la noirceur est de retour. Jusqu'à la fin, le mystère est bien gardé, on nous dévoile petit à petit les éléments, on a enfin toutes les réponses aux questions d'il y a 15 ans et je n'avais pas envisagé ça du tout. Un bon effet de surprise donc! Le dénouement final est vraiment bon j'ai trouvé, malgré quelques situations invraisemblables (les coïncidences). Les personnages masculins sont toujours en retrait sauf dans la dernière partie où l'un deux prend une place importante face à Asako.

    Concernant le casting de cette deuxième partie, nous avons toujours l'imposante Koizumi Kyôko qui fascine toujours, qu'on aime détester et plaindre à la fois. Le final ne pouvait se terminer qu'avec elle c'est certain. Quant à Ando Sakura, je l'avais découverte dans Love Exposure et ici elle confirme son talent d'actrice et enfin Ikewaki Chizuru, je la découvre pour la première fois et je l'ai trouvé très convaincante dans le rôle de la fille détestable qui cherche à se faire aimer à tout prix. A noter, la présence de la trop discrète Ito Ayumi que j'aime beaucoup et que j'aimerais voir plus souvent dans un rôle principal.

    Bref, cette deuxième partie est bonne mais je cependant moins aimé car l'ambiance de la première partie était moins présente et totalement cassée avec le chapitre quatre. Au final, l'ensemble est très prenant et de grande qualité, en plus la série mélange très bien drame, humour (un peu spécial) et policier dans le dernier chapitre. J'espère voir la version tv tout de même.

    Ma note (2e partie) : 7/10

    Ageha.

     

    Bande-annonce vostfr

    « Shokuzai - Celles qui voulaient se souvenir (partie 1)Les tortues nagent plus vite qu'on ne le croit »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :