• The Land of hope

    Land of HopeLa famille Ono et Suzuki vivent à la campagne, ont une ferme et sont voisins. Leur village est proche de Nagashima, la ville de la centrale nucléaire. Un jour, un tremblement de terre violent provoque l'explosion de la centrale et entraine à la suite un tsunami qui détruit Nagashima.

    Les autorités établissent alors un périmètre de sécurité de 20 km autour de la centrale et c'est ainsi que le village se retrouve coupé en deux, séparant la famille Ono qui est soi-disant dans une zone sans danger, de la famille Suzuki qui doit immédiatement évacuer car elle se trouve dans la zone contaminée.

    Monsieur Ono parvient à convaincre son fils et son épouse de quitter le village pour se protéger alors que lui et sa femme restent à la ferme. Quant à la famille Suzuki, elle se retrouve dans un centre de réfugiés et le fils va aider à retrouver les parents de son amie certainement disparus à la suite du tsunami...


    - Titre original : kibô no kuni
    - Réalisateur : Sono Sion
    - Scénariste : Sono Sion
    - Genre : Drame
    - Pays : Japon
    - Année : 2012 (Japon), 2013 (France)
    - Durée : 133 min
    - Musique :


    Casting :

    - Natsuyagi Isao : Ono Yasukiko
    - Murakami Jun : Ono Yoichi
    - Kagurazaka Megumi : Ono Izumi
    - Kajiwara Hikari : Yoko
    - Denden : Suzuki Ken
    - Tsuysui Mariko : Suzuki Maiko


    Mon avis :

    Land of HopeJe l'ai tellement attendu ce film de Sono Sion! Quand j'ai su qu'il était diffusé à Nancy, j'ai couru au cinéma. Il fût à la hauteur de mes attentes en plus, car oui j'en attendais énormément.

    Ce n'est pas seulement parce que c'est un film de Sono Sion que je voulais voir The Land of Hope mais aussi et surtout pour le sujet qu'il aborde : une catastrophe nucléaire au Japon. Ce n'est pas exactement un film sur Fukushima car l'histoire se situe après, c'est l'explosion de la centrale d'une autre ville, très similaire à la catastrophe du 11/03/11. Cependant, Fukushima est bien là tout au long du film qui ne cesse d'y faire référence en tant qu'erreur du passé qui se reproduit à nouveau!  On nous montre des réactions similaires de la population japonaise (entre ceux qui veulent oublier et ceux qui vivent avec sans jamais oublier) et du gouvernement qui cache la vérité à la population.
    C'est pourquoi, The land of hope est très réaliste et boulversant, une fiction qui se rapproche du documentaire. C'est là sa force.

    Je pense que le choix de parler d'une nouvelle catastrophe nucléaire et non pas directement de Fukushima était un choix judicieux car ça permet de mettre en avant les erreurs du passé qui se répètent et qui pourtant auraient pu être évitées.
    Le style du film est assez sobre, Sono Sion laisse pour une fois de côté sa réputation de réalisateur trash et provocateur pour créer un film proche du documentaire et criant de vérité.

    Land of Hope

    Il est difficile de rester insensible face à un tel sujet si bien mis en scène, me concernant j'ai eu la gorge serrée du début à la fin, ces 2h ont toutefois passé très vite car le film est passionnant et je ne me suis jamais ennuyée. The land of hope ne parle pas uniquement de la catastrophe nucléaire mais aussi beaucoup des conséquences sur les familles. Quelle vie après ce drame? comment vivre avec et se projeter dans l'avenir qui est partagé entre espoir et désespoir? Chaque famille réagit différement et choisi une voie différente. Il y a ceux qui reprenne leur vie comme si rien ne c'était passé et suivent tout le monde, ceux qui essaient de combattre le problème en face, ceux qui restent car leur vie est déjà faite (le vieux couple).

    Le film nous offre des scènes boulversantes comme celles où la vieille dame atteinte d'Alzheimer s'échappe de sa maison pour aller à la fête des morts à Nagashima (car dans sa tête elle a 21 ans et c'est grâce à elle qu'on souri à plusieurs reprises malgré cette triste histoire), seule au milieu d'une ville désormais fantôme et détruite. Il y a toutes ces scènes de paysages déserts et de ruines. Quand on sait que Sono Sion a tourné sur les vrais lieux de la catastrophe, c'est vraiment impressionnant, effrayant et triste. Les personnages sont tous petits dans ces immenses paysages désertiques. La nature est magnifique dans ces lieux dévastés pourtant...

    Les scènes qui m'ont aussi beaucoup émue sont celles où Yoko appelle des enfants qu'elle a aperçu et qui ont disparu mystérieusement, celle où Izumi dit que la radioactivité est une guerre invisible, celle où la maison tremble au tout début ou encore celle où Yoko regarde les différents messages laissés par les gens à la recherche des disparus sur le mur de l'école servant de centre de réfugiés. En fait, le film tout en entier m'a beaucoup émue. Chaque scène est importante.

    Land of Hope

    A ces superbes scènes se côtoient des situations absurdes qui montrent bien toute la bêtise de ce qui est en train de se passer et plus grave encore, de se répéter. La frontière délimitant la zone contaminée et l'autre non dans un rayon de 20 km alors que la radioactivité est partout dans l'air. Cette femme à la tv qui dit qu'avant elle portait un masque mais comme personne ne le faisait et que ça dérangeait les gens autour d'elle, elle a arrêté d'en porter. Puis la ville de Nagashima avec son panneau de bienvenue annonçant fièrement "la ville de la centrale nucléaire".

    Sono Sion n'hésite pas à parler des choses qui dérangent, les choses que tout le monde voudrait oublier et vivre comme si rien ne s'était passé mais se souvenir est pourtant indispensable pour ne pas commettre à nouveau les mêmes erreurs.

    La bande son de The Land of hope est très présente et appuie dès qu'il le faut sur les scènes les plus tristes et alors tout est accentué. Le titre du film signifie terre d'espoir mais à chaque fois que j'y voyais un peu d'espoir (une nouvelle vie, fuir la radioactivité, une heureuse nouvelle), il disparait petit à petit car je n'y voyais pas vraiment d'issue (la scène du la plage). L'espoir est bien là mais il est difficile à s'installer! Le film est aussi assez pessimiste dans son ensemble. Bref, chacun le ressentira certainement différemment...

    Enfin, côté casting, c'est excellent, je ne connaissais aucun acteur et ce fût donc une très bonne découverte.

    Pour terminer, je dirais que The Land of Hope est évidemment bien plus qu'un simple film et j'espère qu'il sera vu par le plus de monde possible! En tout cas, un grand merci à Sono Sion.

    Ma note : 9/10

    Ageha.

     

    Bande annonce vostfr

    « Bilan d'avril 2013Hero »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Mai 2013 à 12:01

    Je connais un peu Isao Natsuyagi (cf. dernière capture d'écran). Je l'ai déjà vu à deux ou trois reprises et il est très convaincant.

    Je suis séduite par l'avis que tu donnes de ce film et je l'ai noté sur ma liste. Tant pis s'il faut sortir les mouchoirs (je dis cela parce que d'ordinaire, je recherche plutôt les comédies ^^). 

    2
    Ageha Profil de Ageha
    Jeudi 16 Mai 2013 à 16:46

    Malheureusement Itsao Natsuyagi est décédé il y a quelques jours, je ne savais pas qu'il avait tourné dans d'aussi grands films. Je l'avais déjà vu dans la série des Scorpions (sasori) mais je ne le savais pas!

    Oui il est triste, mais je pense que j'ai été touchée par ce film car tout ce qui tourne autour du nucléaire, me touche aussi.

    3
    Jeudi 16 Mai 2013 à 17:08

    Je ne savais pas qu'Isao Natsuyagi était décédé! C'est bien triste.

    La question du nucléaire m'intéresse beaucoup. Je n'y suis pas insensible non plus. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :